Pierre Manent

MANENT-Arte Rua Julho

Les méandres de ma cervelle et les noeuds, les plages, les volutes, les crispations du bois, sont un même matériau. Ils sont mariés, indiscernables depuis toujours. Je ne sais pas qui détermine quoi dans mon travail : c’est un amalgame.
Après, pour vous le faire voir, c’est une autre histoire ! Mais aligner ces heures laborieuses fait partie de ma survie. Avant de lire les arbres de l’intérieur, je les ai longtemps pris à bras le corps : j’embrassais leurs volumes qui naviguent dans le ciel alors que je tenais leurs troncs serrés contre mon coeur palpitant. Quand je sentais la présence d’un être obsédant sous l’écorce, tronçonneuse en mains, je lui disais : “Sors d’ici !” et tout était simple. Comme dans toute sculpture spontanée, sans croquis préalable : c’est une question de désir.
Pierre Manent

Politique de confidentialité
-